Je ne vous comprends pas, dit-il, d’une voix qu’il essayait vainement de rendre ferme mais qui


. ; oui, Marceline. * * * * * Leurs saillies se capuchonnent de neige, de neige qu’illumine la lune bleue. . L’expression du visage du president etait joyeuse, il semblait heureux de ces cris de vive Miramon, pousses sur son passage, et qui lui prouvaient que le peuple l’aimait toujours, et lui temoignait, a sa facon, sa reconnaissance pour l’heroique resolution qu’il avait prise, de risquer une derniere bataille en rase campagne, au lieu d’attendre l’ennemi dans la ville.

Mon ennemi mortel, cet homme? s’ecria-t-il avec un etonnement mele de doute; mais je ne le connais pas plus qu’il ne me connait. Je n’insiste pas, cher don Adolfo, repondit le comte avec un sourire; passons outre, s’il vous plait. On prit gout au jeu, on s’echauffa, et ayant juge le manant pour rire. On etait un peu solitaire, a la ferme des Agasses. Elle n’est, au fond, composee que de revolutionnaires qui aspirent a la tyrannie. Tout ce que je peux faire pour vous, en ma qualite de Corse, c’est de me retirer comme si je ne vous connaissais pas.

Don Melchior s’avancait a quelques pas en avant de sa troupe; son maintien etait froid et compasse, il faisait de vains efforts pour contenir la joie qu’il eprouvait de sentir enfin entre ses mains ses implacables ennemis.

Pour ce qui est des coups de trique, j’en avais tous les jours et ration double; n’en parlons plus, s’il vous plait. Car l’existence est dure.

Rien quant a present, senor; laissez-nous terminer notre revolution. _ _Melancolique le son fele de sa cloche contre les echos des combes se brise. Ah, c’est pas bien ca, surtout. Le comte, le mayordomo et Dominique accouraient en effet. L’avance qu’ils ont n’est rien, car arrives au bout du souterrain il leur faudra demolir le mur que j’ai construit, et il est solide, ne nous decourageons donc pas encore, peut-etre Dieu permettra-t-il que nous atteignions l’hacienda a temps; venez, suivez-moi, hatez-vous, abandonnez les chevaux; ah! C’est le ciel qui m’a inspire de ne pas boucher la seconde issue.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.